Accueil du site > Carnets | SebMénard > Atelier François Bon > je n’ai jamais décrit votre visage

je n’ai jamais décrit votre visage

jeudi 20 janvier 2011, par AnCé t.

Le vendeur de boucles d’oreilles – vieille ville de jérusalem – petit -

Nelly – CCF – chaussures vertes dégotées dans un p’tit magasin d’la rue à côté

Fathi – ses deux filles en photos sur son téléphone – sa voiture comme un partner ou une kangoo – sur l’épaule gauche une cicatrice de balle

May adolescente au camps d’Jalazone – le voile assorti aux vêtements les grands yeux qui r’ssortent

Je n’sais plus son nom tant pis – sa main qu’il t’a tendue la première fois se présantant il essayait de mettre en place les cours de français au camps d’Al Amari à côté d’la maison – les cheveux bien noirs la barbe de deux jours et une chemise bien r’passée

Le type avec ses mains de pianistes et des ongles de guitariste à l’acceuil du centre social de Jalazone – cheveux longs regard résigné et pourtant là

Orabi tu n’trouves pas les mots ce soir pourtant y’a quelque chose

Ahmad – rapidité à comprendre ça t’sidérais toujours – forêt ça s’écrivait forest comme en anglais on a remplacé le ’s’ par l’accent circonflex alors ’est’ on peut l’écrire e accent circonflex t

Manar ta tutrice toujours une grande tenue noire le voile aussi et toujours un peu de doré – tu t’demandais comment s’était possible par 43° dehors

Les p’tits cousins à la piscine et leur mère avec qui t’as discuté lunettes de soleil dior ou D&G – cheveux châtains – ils vont à l’école aux émirats arabes moitiée des cours en anglais – grands yeux noirs tous les trois

Elle va chercher un type immense why did you go to tunisia ? where you alone ? Are you shure ? where were you ? where did you spend your time ?

Le grand-père qui vient chercher ses petits à Al Kamandjâti et se rendre compte de l’occidentalité de la ville

Le type à ce déjeuner-là à Al Kamandjâti à parler allemand anglais et essayer de comprendre l’arabe – il avait une moustache

Les chats errants gueulants affâmé sur l’asphalte

Les types aux cafés, les hommes – le narguilé – les traits marqués par la vie

Les vendeurs d’oiseaux ça ça t’a marqué t’a même enregistré l’son une fois en passant -

Le jeune qui nous a vendu les galettes de pain sur l’trottoir – son t-shirt noir plein de farine ou de crasse on n’sait pas – sa tête ronde comme son ventre

Assis là à boire des taybehs et dîner elle débarque c’est la voisine - elle parle vite fort en arabe tu n’comprends rien obligé d’appeler Latifa pour traduire et sa détresse de mère quand elle comprend que ça n’mène à rien

Christina et juste hi frenchies en rentrant à la maison-

Le vendeur de ballons - baloon baloon dans la bouche d’ce gosse tous les jours sur l’trajet tu l’as vu – tous les jours pareil baloon baloon et tu r’vois sa bouche

Le gosse 6ans tout juste qui apprenait à écrire le français il n’avait pas encore appris à écrire l’arabe – ses mains noires son t-shirt usé -

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0