On arrive dans un village par quarante degrés

lundi 23 juillet 2012, par SebMénard

retour au sommaire

retour à la planche-contact

retour au texte précédent


seconde version

On arrive dans un village par quarante degrés — on laisse la caisse près d’un shop d’une autre époque et le bruit des chevaux sur l’asphalte — pour l’eau on jette un seau dans le puits et le bruit du métal au fond on tire la corde ensuite — le goût de l’eau tirée alors — sa fraîcheur sur nos peaux chaudes et l’odeur des herbes dans le début de l’été.


première version

On arrive dans un village par quarante degrés — on laisse la caisse près d’un shop d’une autre époque et le bruit des chevaux sur l’asphalte — pour l’eau on jette un seau dans le puits alors le bruit du métal au fond puis on tire la corde — le goût de l’eau tirée du puits — se fraîcheur sur nos peaux chaudes — l’odeur des herbes dans le début de l’été.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0