Journal permanent | 15 août 2012

jeudi 16 août 2012, par sebmenard

Le journal permanent reprend avec un rythme cassé — ce qui veut dire à peine tous les jours — permanence du nomadisme actuel — pas de lieu à habiter (mais nombreux endroit offerts pour y dormir) — pas de bureau — ce texte sur le bureau à reprendre — expliquer à nouveau comme le bureau structure la pensée — et le vide alors quand il n’y en a pas — recentrage : le journal permanent reprend avec un rythme cassé — mais reste essentiel désormais dans le processus d’écriture (exemple cette idée d’un texte à propos du bureau et comme il structure ne serait pas venu sans son évocation dans le journal permanent) — écrire aussi cela — à quoi participe le journal dans la préparation de l’écriture (est-ce que c’est déjà de l’écriture).


Chercher un emploi à 26 ans — en parler sans utiliser le mot la « crise » — et plus exactement analyser cela : comment faire l’équilibre entre ce qui nous remue les tripes et ce qu’il nous faut de turbin pour manger — voir à quel point on peut se permettre un mélange des deux — voir jusqu’où ça tient — observer les points de rupture et d’achoppement — prendre conscience d’un coup d’un seul en écrivant cela de l’absence totale de prévision future — l’instant présent oui — ici et maintenant (chercher dans nos lectures premières secousses ce qui a pu amener là) (ne pas oublier ce qui fait qu’on y reste).

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0