journal permanent | 01 novembre 2012

jeudi 1er novembre 2012, par sebmenard

Arthur Maçon au réveil.


Puis je reprends le vieil homme et les clopes — et puis les pluies (pourquoi avoir écrit ce texte au passé) — et puis la nuit blanche et fraîche.


Je ne savais plus quand nous étions rentrés — cet été — dans le journal permanent le 15 juillet 2012 je note qu’on mange des pâtes sur un parking en Allemagne et le 16 juillet 2012 ceci : « Compter les choses — parler encore cette langue — lire —peu les mots » — nous étions de retour (peut-être ranger le journal permanent en sous-catégories par mois — pour s’y retrouver mieux)


Le site tombe en vrac — problème de cache à nouveau — je vide manuellement et on se dit qu’on aimerait bien savoir mieux faire toutes ces choses — que le site c’est le lieu de stockage et que c’est un vertige quand ça s’effondre.


Lecture des c’est de Michel Brosseau — je ne suis pas professeur titulaire — vacataire ou suppléant — c’est selon différents schémas administratifs que le nom change — retrouver là beaucoup de choses — le boulot de prof — ce qu’on met de côté — à quoi on croit.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0