Perec, dedans l’espace

jeudi 3 février 2011, par AnCé t.

Trajet pour aller d’un aéroport point A à un point B soit une ville située à une mini-centaine de kilomètres mais dans un autre pays non-reconnu comme tel, en passant par un point C ville revendiquée par tous à 15 kilomètres de la destination : le trajet dure quatre heures en moyenne.

Tu pourrais parler des gens que tu as croisés – ceux qui t’ont aidée à trouver ton chemin et quel bus prendre - ceux qui t’ont fait peur – les soldats de l’aéroport les ados de 18 ans en tenue avec fusil sur l’épaule – puis ceux que tu n’as pas remarqués –

Parler des moyens de transports utilisés : pourquoi le car– quel car – la chaleur qu’il y faisait – les odeurs de sueurs – la climatisation - les flash news dans une langue que tu ne comprenais pas sauf le nom Benjamin Netanyahou – le groupe qui est monté ils sont sortis de la steppe au bord de la quatre voies et sont grimpés là tous en uniforme 16-18ans – des rires très forts - la poitrine qui bat très fort quand le chauffeur te dit « damascus gate c’est dans le quartier arabe moi je vais pas là-bas - pourquoi tu vas là-bas toi ? » - ne pas oublier de parler du rabin premier rang tu t’étais assise à côté il est né à paris - tu voyais bien la route était belle

Parler du changement de bus de la gare routière immense de jéru - l’arrivée au sous-sol passer le gros sac à dos dans les rayons les gens qui s’impatientent – puis le petit sac à dos dans les rayons – remonter - parler de tous les magasins croisés les gens encore - toujours réfléchir avant de dire shalom et non salam

Attendre le bus à l’arrêt de bus en face la gare routière - plein soleil bitume qui transpire - toi aussi - ce bâtiment là en face lèves la tête décris-le

Le bus blindé heure de pointe peut-être ou c’est toujours comme ça - tu emmerdes les gens avec ton sac à dos et ils te le disent tu ne comprends toujours pas la langue mais ils te le fond savoir de différentes manières -

Parler ensuite du petit bout de trajet à pieds pour aller prendre les petits bus blanc et vert le numéro 18 - parler des odeurs en passant dans la chaleur des rues les gâteaux parler aussi des sons des bruits autours amplifiés par la fatigue - parler des gens toujours assis dans ce bus on devait être 10 ou 12 - se souvenir des visages et alors il y aurait matière

le trajet pour aller de B à A toujours en passant par C tu pourrais aussi faire la même démarche avec le taxi et ce chauffeur à 22h30

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0