la route | 16

lundi 4 février 2013, par sebmenard

chapitre des brouillards et des gouttes :

- or donc rien n’attendait plus leur carlingue que la suite des bornes
- ils font un pari : ils ne s’arrêteront jamais
- et pour faire ce pari ils s’arrêtent sur le côté — en bas une rivière s’écoule à peine — ils se serrent les uns les autres ils regardent les nuages ils pissent dans les herbes humides ils sentent la brume fraîche sur leur visage
- et puis ils reprennent la route
- l’un d’entre eux note dans son carnet :

on file on file vers l’horizon bitume flou
on file on file dans le flou au loin maïs et terres
on file on file et nos carcasses carlingues

- si jamais ils s’arrêtaient ils pourraient dormir dans une cabane en pierre ou bien comme cette nuit faire un feu entre les arbres
- ils aimaient cela : faire un feu ils pourraient écrire un livre qui s’appellerait faire un feu ils n’inventeraient rien
- et on entend le roulis du caoutchouc sur le bitume.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0