la route | 28

dimanche 28 avril 2013, par sebmenard

un matin près d’un océan :

- ils se disent que la vie ça serait ça : ils traversent des continents ils affonent des routes pour mieux entendre les vagues s’écraser sur le sable
- ils pensent aux eaux de l’Europe qui se déversent dans la mer ils pensent aux fleuves de l’Europe qui s’étalent dans les Mers ils pensent à ça et attendent
- ils constatent parfois immobiles que s’ils rentrent dans leur monde c’est pour faire le plein de tunes et repartir un autre jour
- les poèmes qu’ils écrivent est-ce qu’ils disent la vérité non surtout pas — leurs mots c’est des traces sur leurs pistes rien de plus
- ils savent pour les neiges et les vents — ils savent que leurs traces on les recouvre elles disparaissent
- ça ne change rien : ils arpentent leurs mondes immobiles et attendent l’heure dite.

image : photographie au 5D le 29 mars 2013.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0