Accueil du site > Carnets | SebMénard > tentative d’épuisement du bureau > inventaire de mon bureau en juin 2013 (avant déménagement)

inventaire de mon bureau en juin 2013 (avant déménagement)

vendredi 28 juin 2013, par SebMénard

Il y a cette rubrique dans le site et sans doute que c’est une sorte de passage régulier — d’ailleurs je devrais peut-être aussi parler de bibliothèque ainsi puisque c’est pareil.

Faire une liste est extrêmement compliqué — et c’est déjà Perec qui le disait — sur mon bureau en juin 2013 avant déménagement il y a :

- deux disques durs externes contenant (sans doute) l’ensemble des mots et des images ainsi que de nombreuses autres choses
- deux clés usb qui servent essentiellement pour les activités rémunérées (on peut aussi appeler cela travail)
- un scanner à négatifs qui n’a pas scanner de négatif depuis un an au moins et qui a déjà traversé l’Europe deux fois au moins dans une vieille tire diesel
- un flash Vivitar inutilisable
- nombreux câbles divers
- un carnet de note et un crayon — je ne sais pas ce que je note réellement dans ce carnet — je fais des croquis souvent — j’y note des chiffres — des choses à faire et je le laisse ouvert à la page voulue pour m’en souvenir (et le vent tourne les pages et on oublie et tant mieux)(en ce moment : relevé compteur gaz et électricité)
- l’iPod touch est vieux mais me sert pour les lectures le soir ou bien à tout moment — j’y prends des notes que je synchronise quelque part sur un serveur lointain dont je ne connais pas les rouages mais qui m’est très utile
- un téléphone — trop simple pour me servir à autre chose que téléphoner et envoyer des messages — pourtant nombreux messages qui arrivent dedans que j’aimerais garder comme morceaux de conversation
- une trousse avec nombreux crayons parce que c’est aussi mon métier d’écrire des trucs
- un casque pour construire des bulles sonores
- l’ordinateur finalement — pièce principal du bureau (la seule que je transporte aussi souvent)
- un écran additionnel d’une autre époque qu’on a ramené d’une ville où j’ai appris le mot affoné (c’était vraiment n’importe quoi).
- une série de feuilles qu’il faut ranger
- aujourd’hui il n’y a pas mais c’est exceptionnel : des livres en papier et la liseuse numérique — la boite à pixels.
- sans doute qu’à observer l’évolution de son bureau quelque chose se raconte.
- je suis incapable de décrire réellement mon bureau — parler des objets qui sont là
- coller ici une photographie de ce bureau au même moment donne toute la valeur de mon incapacité à écrire correctement (ce mensonge de chaque jour).

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0