Accueil du site > Carnets | SebMénard > vociférations > quelques vociférations > Une histoire de la minute (et sa fin)

Une histoire de la minute (et sa fin)

mercredi 20 novembre 2013, par sebmenard

Chaque jour — je regarde la minute.

Je suis très attentionné : je l’observe en détail.

La minute est laide.

La minute sent mauvais.

Elle est crade et crasse et crampe et crime.

La minute est sale.

La minute s’affiche en petit en grand en jaune en rouge en plusieurs millions de couleurs sur l’écran de nos mondes.

La minute s’efface régulièrement elle ne reste jamais très longtemps.

Chaque minute est accompagnée des suivantes mais la minute est seule la minute n’existe pas tout le temps.

J’écrase la minute.

J’étripe la minute.

Je crache sur la minute.

J’éventre la minute je la cogne je la retourne je la plie je la déchire et je la piétine.

Je piétine chaque minute et ses suivantes je tague chaque minute avec une bombe noir noir ou rouge — et la peinture bave encore après qui s’écoule lentement.

La minute porte toujours le même costume la minute sue et ne se lave pas la minute s’agglutine contre les autres la minute ne dit jamais pardon.

La minute s’affiche sur les réseaux sociaux la minute tweete régulièrement la minute s’archive sur des serveurs réfrigérés.

J’unfollow la minute.

La minute ne reçoit aucune notification la minute continue sa vie de minute sans fin sans foi ni rien la minute ne respecte pas grand chose la minute vous emmerde.

J’avale la minute je la gobe et la vomit.

Je conchie la minute.

J’attrape la minute la malaxe la matraque la désaxe la malmène la crève l’essouffle l’enroule la tire la rape la cisaille et l’assaille.

La minute ne sait plus où donner de la tête — elle réunit ses forces elle réunit ses troupes la minute s’organise la minute fait diversion écran de fumée — silence — au loin les cris résonnent.

Chaque jour — la minute revient.

Comme neuve.

C’était tout dit hier.

C’était décidé hier.

La minute serait là aujourd’hui — elle sera là demain.

La minute épargne pour son logement — la minute a négocié un taux imbattable la minute ne paie pas d’agios la minute pratique sans problème les dépassements d’honoraires — la minute visualise son compte en ligne la minute prépare ses investissements la minute est un « gros investisseur » la minute compte.

J’écrase la minute j’affone la minute j’amène la minute sur la table et tout le monde lui jette des tomates pourries la minute se débat — certains osent tout de même ils prennent la fourchette et puis la lumière se rallume.

Chaque jour je regarde la minute et je ne vois rien.

Il n’y a rien.

Véritablement — la minute n’existe pas.

Dix, quinze minutes, voilà ma vie. (Henri Michaux)

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0