journal permanent | 21 janvier 2014

mardi 21 janvier 2014, par sebmenard

Très intéressant : je prends en note un oloé qui m’est très cher (la chambre de l’appartement 7 du bloc ZA1 Strada Nicolae Titulescu à Drăgăneşti-Olt) et Joachim Séné remarque l’utilisation du mot “flottes” – c’est dans ce texte à la fin :

La chambre de l’appartement 7 du bloc ZA1 Strada Nicolae Titulescu à Drăgăneşti-Olt est une pièce d’immeuble datant d’une autre époque – portes et fenêtres y compris – la chambre de l’appartement 7 du bloc ZA1 Strada Nicolae Titulescu à Drăgăneşti-Olt nous a servi de chambre et de bureau pendant dix mois de septembre 2011 à juin 2012 – c’est la pièce du Carnet des plaines et de nombreux autres textes – c’est la pièce de nombreux autres moments – la chambre de l’appartement 7 du bloc ZA1 Strada Nicolae Titulescu à Drăgăneşti-Olt est exposé au Nord-Est et donne sur la colline – elle est située dans l’ancien-lit du Olt antique – pendant plusieurs semaines durant l’hiver 2011-2012 la porte et la fenêtre de la chambre de l’appartement 7 du bloc ZA1 Strada Nicolae Titulescu à Drăgăneşti-Olt étaient bloquées par le gel et la neige – qui pour l’habiter maintenant – qui pour y lire et écrire – qui pour regarder les hivers les flottes et la poussière depuis le balcon de la chambre de l’appartement 7 du bloc ZA1 Strada Nicolae Titulescu à Drăgăneşti-Olt.

Donc effectivement j’ai noté le mot “flottes” – et ce c’est pas la première fois – mais cette remarque me permet de constater que ce que je nomme “flottes” ne désigne pas exactement ce que je souhaite désigner : les pluies fortes (chaudes et froides mais jamais entre les deux) qui s’écroulent là régulièrement : je ne peux pas trouver ça tout seul – besoin donc du feedback – ça ne me donne pas la solution du texte – qui pour être là-bas maintenant – mais ça le fait tenir – donc je remplace “flottes” par “pluies”.


Dans son journal de Guillaume Vissac se propose d’archiver les liens du jour – je ne sais pas ce qui m’interpelle mais je le note.


Depuis quelques jours je cherche ce que j’ai voulu dire en commençant cette note pour la série de la route et ça cause de liste – en fait commence comme ça :

ils feraient une liste :
une michena

Et donc ça ne veut rien dire – sinon que la fatigue peut-être a éteint le texte – ou bien alors c’est le correcteur d’orthographe de l’iPod (vraisemblablement j’ai commencé sur l’iPod cette note) qui a transformé le mot : ce sera peut-être un autre voyage.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0