Poème avec un AK-47 [27/29]

samedi 1er mars 2014, par SebMénard

J’ai vu aujourd’hui un homme dessiner un AK-47. Je n’ai pas immédiatement reconnu un AK-47 : je ne suis pas spécialiste — et son dessin était très approximatif. D’ailleurs il a mis beaucoup de temps à terminer son dessin — cet AK-47 n’était qu’une partie de l’ensemble — mais il était en plein centre de la feuille. Un homme le tenait dans les mains. On peut dire — je pense — qu’il l’utilisait puisque un trait en pointillés partait du canon de l’AK-47 et filait à travers la feuille et les mots. Car il y avait aussi des mots. Lorsque j’ai vu le dessin et que donc cet homme a ajouté AK-47 à la main sur la feuille — j’ai compris — comme à demi-mots — ce qui se déroulait là — devant moi. Alors j’ai demandé pourquoi avoir dessiné un AK-47 dans les mains de ce personnage. L’homme m’a répondu que ce personnage c’est lui et que ça c’est son histoire et qu’il ne peut pas dessiner autre chose. À ce moment-là je ne pensais absolument pas que j’écrirai le poème avec un AK-47 et je ne savais vraiment pas quoi dire. Ce poème lui-même : que peut-il dire ?

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0