journal permanent | 20 novembre 2014

jeudi 20 novembre 2014, par SebMénard

Alors j’étais rentré et j’avais envie de Bucarest – j’avais envie de quoi – prendre le métro de Bucarest et écouter les voix – j’avais envie de marcher dans la ville – mieux : j’avais envie d’entrer dans Bucarest par cette gare au sud-ouest – j’ai oublié son nom – et j’aurais fatigué une péteuse en regardant les types passer les types attendre les types parler – cette gare c’est comme entrer dans la ville par les faubourgs – c’est comme un terminus de campagne – je suis de cette zone je le sais – c’est peut–être pour cette raison que j’ai aimé la Bucarest du début du XXème – je ne sais pas si j’aimerais Bucarest plus tard encore – mais ce soir j’avais envie de Bucarest – j’avais envie de marcher dans les rues d’entrer dans un club de jazz dans une fabrique abandonnée – qu’importe les bagnoles ces trucs là pour cette fois je veux bien – j’avais envie d’entrer dans un rade et d’y commander des bières et de discuter tard en imaginant que ce serait un poème rapide et puissant – peu importe que ce poème existe vraiment ou pas – j’avais envie de marcher dans la ville et faire des images – peu importe que mon vieux reflex soit usé poussière des routes et des lunes – j’avais envie qu’on ouvre les yeux au matin sur le balcon d’un immeuble avec dans la bouche l’histoire de cette nuit-là – et alors un autre matin on aurait quitté la ville pour d’autres routes d’autres poèmes.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0