journal permanent | 3 août 2015

lundi 3 août 2015, par SebMénard

60km.

Ciuperceni — Zimnicea.


L’un dit dormir sauvagement – l’une dit des petites mouches dans un océan de merde.


On roule plein vent et c’est marre – la plaine de l’Est oui – c’est chaud et large et immense – c’est ça qu’il faut retenir et dire – c’est extrême – c’est chaud froid (on connaît l’hiver ici) – c’est la poussière et les vieilles tires les charrettes les semi-remorques et le plastique – là une rivière et les bêtes tout autour (on dit il y a des bêtes partout ici et c’est vrai) – là-bas ça s’entasse une décharge quelque chose comme ça – derrière une barrière un brûlis de quoi s’échappe une fumée (parfois on roule on file dans le nuage – retenir son souffle quelques secondes et pousser pour filer) – dans un shop il y a des clous des fringues des viandes des liquides et des billets – tout est là — on cherche un angle quelque chose pour filer – c’est lent là – tout est lent là – s’arrêter un peu (quel prix pour ça).


Au soir ce truc (souvenir de Ramallah) : quelques personnes se retrouver là loin sans doute – faire le récit de quoi de nos routes et au frais du soir (autre chose encore : les immeubles en attente et depuis quand).

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0