Accueil du site > Carnets | SebMénard > fantômes > (qui) épuisent les hôtels

(qui) épuisent les hôtels

mercredi 6 avril 2011, par SebMénard

photographie : SebMénard, Maroc, Fès, 2006, Ilford HP5, scan de négatif.

(qui) épuisent les hôtels les baignoires rouillées ne savent plus vraiment où sont leurs corps et sueurs — derrière les barreaux en fer ils n’entendent rien sous les étoiles parfois des voix elles disent — y’a qu’une mer à traverser ici — y’a rien ici c’est pas pour nous — les volets restent ouverts derrière les barreaux tous ils marchent.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0