journal permanent | 16 décembre 2015

mercredi 16 décembre 2015, par sebmenard

Ça revient toujours et je ne termine pas mes phrases.


À un moment quelqu’un demande si je connais Sebastian de Steve Harley et Cockney Rebel — en fait la version originale de Sebastian — Cockney Rebel — il se trouve que je ne connais pas cette chanson — il se trouve que je pense immédiatement à mon professeur d’anglais au collège — c’était en classe de troisième — et nous écoutions en cours des trucs terribles à commencer par Country Joe Mc Donald — aujourd’hui je pense au fait que même si j’ai déjà eu l’occasion de dire à cet homme que c’était très puissant ce qu’il faisait — j’aimerais le répéter — entre autres personnes à qui nous avons dette immense (et pour lesquelles donc — il n’y aurait d’autres solutions que de le redire).


Vraiment ça s’écrit je veux dire : c’est même pas la peine d’essayer de lutter contre ça sort comme ça (ce qu’il faut c’est simplement trouver le chemin la trace j’écris la trace et je pense ensuite à la trace de Fred Griot) :

on est là. à tracer la ligne. à tracer comme des fous sur la ligne de trace. à avancer là sur la ligne de trace. on ne suit pas. on trace. on avance comme des fous selon une ligne qui se trace. inusable. indéviable. sans pensée. on ne suit pas. on avance. on fait la trace. on avance sous les nuages. on fait la trace sous le ciel et les nuages. on trace à pied la ligne inusable sur le sol. sur le sol sur la terre sous le ciel les nuages. on trace. on est là à tracer. à faire ce que l’on a à faire sans s’encombrer. on trace sans s’encombrer sous les nuages. on trace. on trace encore sous les nuages sur le sol notre ligne de trace. on trace sans s’encombrer décidés sous les nuages qui tracent. on trace encore. on avance sur la ligne des nuages. sur la ligne de trace des nuages sur le sol. sur la ligne de trace des nuages qui courent sur le sol. qui tracent. qui tracent sur le sol leur ligne de nuages.


Ce que je fais : je passe mes après-midis dans une bibliothèque et le début du soir dans un café à lire à écrire c’est tout juste ce qu’il me faut.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0