journal permanent | 18 décembre 2015

vendredi 18 décembre 2015, par sebmenard

Ce qui m’inquiète c’est quand elle me dit qu’on n’y comprend rien à mes histoires mes textes — ça veut dire que c’est vraiment pas clair.


C’est une affaire terrible de vouloir « dire vrai » — par exemple — j’écris ce texte qui va se poser sur le site des Oloé — ça cause d’un train Sibiu-Cluj — et je ne peux pas m’empêcher de chercher sur le site des chemins de fer roumains l’heure exacte du train — or : il n’y est pas — le train que nous avions pris ne circule pas le prochain samedi (c’était un samedi) — et donc je me retrouve à attendre de retrouver le ticket de train qui doit être dans une sacoche pour terminer ce texte — rien de plus normal — rien de plus vrai — rien de plus faux.


Le soir — l’odeur de la sauge.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0