journal permanent | 5 avril 2016

mardi 5 avril 2016, par sebmenard

Vourgareli — Vathirema.

47km.


Appris hier en visionnant une vidéo de François Bon la sortie d’un nouveau livre d’Antoine Emaz : Planche — hâte de le lire — car ça fait longtemps — sur Poezibao — une note de lecture à propos du travail de Françoise Ascal et puis ceci :

Le carnet comme canalisation. À part les notes de lectures que je rédige toujours sur feuilles volantes, tout le reste arrive dans ces pages. Organisation minimale mais efficace sur une longue période. Une sorte d’archivage automatique. Le carnet garde le brut, l’ordinateur l’élaboré. Partage pratique des tâches. (Antoine Emaz, Planche, Rehauts, 2016, p. 32)


À un moment j’ai pensé au livre Je sais d’Ito Naga qui est extraordinaire — mais je ne sais plus comment j’ai découvert ce livre ou si j’ai déjà entendu quelqu’un lire ce livre à voix haute - mais on en parle ici.


Deux petits monstres.


À Vathirema on se met sur la place devant l’église — il y un coin d’herbe et des tables — au café en bas il y a de la sauce tomate des bières et des arachides — d’autres trucs aussi mais peu de choses — autour c’est la montagne c’est très très beau tout autour qu’on répète et qu’on a répèté tout le jour 741 mètres de dénivelé positif c’est bien on est au calme - il est tôt — l’ordinateur — la carte — des livres — j’ai pensé à des trucs pour les 14 tracks — affiner encore un peu — et puis notre Est lointain — je me laisse la traversée des Balkans.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0