journal permanent | 14 mai 2016

samedi 14 mai 2016, par SebMénard

Kazlu Ruda — Kaunas.

30km

Chez Joachim Sené :

 « Parmi tous les corbeaux de la ville, il y en avait peut-être un qui savait quelque chose, qui était témoin de quelque chose, à qui l’on aurait pu demander quelle était la vérité, un corbeau qu’il aurait été facile de reconnaître, parce qu’il se serait défait de chaînes inconnues à l’homme et propres aux corbeaux, qui l’auraient retenu trop longtemps dans un rôle nuisible à lui en tant qu’individu corbeau et à son espèce dans son ensemble, un geste qui l’aurait auréolé, un corbeau dieu pour l’homme perdu en ville après avoir raté sa correspondance de RER, un corbeau qui en aurait su plus sur l’humanité que l’humanité sur les corbeaux et sur elle-même, malgré son réseau de cerveau à cerveau, un sage corbeau-cerveaux posé sur la branche la plus proche de chaque homme, de chaque femme, un corbeau libre et libérateur, enfin, un corbeau qui aurait été heureux pour nous que l’on puisse savoir sans encore tout à fait savoir. »


Sous la pluie dans la ville. Dans un café. Puis dans les rues. On tombe sur un shop. Dans le shop tu vois y a la même chose que dans ce genre de shop en France en Allemagne en Autriche. En Serbie c’était différent. En Grèce aussi. Je parle des shops qui vendent des trucs naturels. Au final on se retrouve face au même problème. Ce sont des grands groupes, ils vendent des trucs sur tout le continent. Ça se déplace en camion. C’est pas ça la solution mais c’est le minimum pour s’empoisonner un peu moins. En Macédoine il y avait ce magasin qui ne vendait que des producutions locales et coopératives. C’était un bon plan ça.


Noté des petites pistes pour le Big bang city de Mahigan.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0