journal permanent | 10 juin 2016

vendredi 10 juin 2016, par sebmenard

Que penses-tu des gens qui pleurent sur les quais de gare ? Sans doute que c’est ça : il faudrait simplement que tu prennes l’habitude de ne pas en avoir (d’habitude) — tu dis vraiment n’importe quoi — entre 11h23 et 11h27 c’est juste assez de connexion pour remplir Vienna — ce qui veut dire récupérer les flux de lecture — de la poésie par exemple — des réflexions.


(le dernier wagon est réservé aux vélos — il a une rampe d’accès — et peut contenir plusieurs dizaines de vélo — rangés debout — avec différents dispositifs destinés à les faire tenir debout — mais aujourd’hui c’est pas le festival de Loire ou quelque chose d’autres — tu mets des autocollants sur l’acier gris ça change quoi — tu cherches encore les wagons de queue et le paysage défile derrière la vitre — les noms dans le haut-parleur ce sont des lieux que tu as croisés combien de fois - et l’odeur de la sueur des premières centaines de kilomètres - les barres d’immeubles en béton les bureaux disponibles et beaucoup d’autres choses — ton vélo tu le mets dans le wagon ordinaire et tes sacoches à plusieurs milliers de bornes c’est pareil — ton ordinateur tu le poses sur le rebord en plastique juste derrière la vitre et tu pourrais écrire des heures assis comme ça)


Neil Jomunsi - la traduction et le crowdsourcing.


Pour faire avancer la forme du journal il me faudrait en réalité supprimer. Ce qui est très bon. Ce que je vais faire. Il faut changer les règles du jeu. Façon de se renouveller. L’idée ça pourrait être de prendre juste une note ou deux. Accepter de débouler un jour par exemple.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0