Accueil du site > Carnets | SebMénard > fantômes > matins dont tu tu souviens, avec les fantômes | 3

matins dont tu tu souviens, avec les fantômes | 3

mercredi 8 juin 2011, par sebmenard

liste des matins dont tu souviens (avec les fantômes) (première partie) (deuxième partie)

tu t’étais réveillé ta gueule contre la vitre d’un train et l’odeur des clopes qu’ils fument à l’arrière sans se faire voir - ça filait vers le sud

tu t’étais réveillé sur le haut de la falaise et le vent frais du matin pleine gueule - le bruit des vagues - les oiseaux les bouteilles vides - le moteur d’une bagnole accélère au loin

tu t’étais réveillé ta gueule contre le tissu usé poussière des sièges d’un train vers le sud - ça filait vers le sud

tu t’étais réveillé à l’entrée d’une ville et les types - ils crient ils marchent sur les quais de gare

tu t’étais réveillé avec le soleil - tu te souviens très bien - c’était un virage dans le sud - l’Andalousie - les gosses jouaient dans les sacs plastiques au bord des rails - les types poussaient leurs valises à travers le wagon - et tu ne faisais rien - tu regardais le paysage défiler - ta tête et les vibrations

tu t’étais réveillé sur le matelas d’un hôtel - et tu croyais que d’autres y avait dormi là - et tu étais heureux de ça - imaginer que d’autres y avait dormi là - et tu cherchais quoi sur les murs et dans les voix des types qui encaissaient la thune

tu t’étais réveillé un soir - l’odeur du gasoil et les klaxons des bagnoles dans une gare routière - les types ils sont là qui gueulent des noms de villes et tu ne comprends pas - tu charges ton sac et tu marches sur le pavé crasse et les chats filent dans le noir

tu t’étais réveillé sous le soleil chaud et dans l’odeur d’une casserole laissée là pleine - les légumes encore chaud et l’eau reste immobile et les mouches et la poussière

tu t’étais réveillé sur la terrasse d’un hôtel de la ville immense les jambes usés le dos raide raide - ce que tu cherchais là - ce que tu ne trouvais pas - ce qui allait dans ton corps

tu t’étais réveillé en entrant dans une ville chaude chaude et pas dormi la gueule - les corps pleins de sueur et tes pieds sur le sol dingue

tu t’étais réveillé sur le toit d’un hôtel et les chants dans les minarets l’odeur des viandes qu’on grille dès le matin - lescouvertures poussières laissée là au soleil - tes sacs et secs les monstres qui se bougent assez

tu t’étais réveillé sur la montagne et le vent soufflait c’était ça - le vent soufflait - et c’était ça - tout à fait ça - vraiment ça

tu t’étais réveillé dans la buée moite les types autour priait sur les sièges d’un bus qui traversait l’Europe - du Sud au Nord.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0