journal permanent | 16 septembre 2016

vendredi 16 septembre 2016, par sebmenard

Pluies. Je suis un monstre des chemins ne passe pas à voix haute. C’est lent ce travail. Parfois je pense à du ponçage. Mais qu’est-ce qui fait que ça nous importe. Que ça passe à voix haute. Et il n’y a plus de points d’interrogation ici. La présence de la gare en face c’est la possibilité de partir à tout moment.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0