Vomi

mercredi 1er mars 2017, par SebMénard

J’en avais marre, c’était immonde, c’était trop, c’était assez, c’était chut chut, c’était cri, c’était étouffé, là, déjà, depuis longtemps, et à se répéter, à répéter, une fois encore, je les vomis, les vidéos, les images, les annonces, les matraques, les coups, les silences, les casques, les visières, les uniformes, les mains attachées, le sang, les yeux crevés, les plaies, les blessures & les cris, ce vomi, ce rejet, encore & encore, et quelques morts,

dans le fil, les images défilent, on ne peut pas s’empêcher de cliquer sur play, on ne peut pas s’empêcher de regarder,

et je voulais crier, et j’avais les larmes aux yeux, et j’étais immobile, incapable, silencieux, inutile peut-être, je ne bougeais pas, je ne faisais rien, je ne disais rien, j’avais les larmes, j’avais le cœur, le cœur qui tape tape tape, comment ça marche, comment ça se transmet, la peur, la honte, la colère, ces choses-là, et ça continuait,

des voix, des images brouillées, des fumigènes, des corps en mouvement, des courses, des poings levés, des visages déchirés, des ruades, des grilles, des casques, des boucliers, des fusils, des grenades, des gants, des bottes,

ça me restait le silence des bouches, notre silence notre terrible silence, cul sur chaise, immobile, dents serrées, sans doute, j’imagine, je ne sais plus, du vomi, du vomi, rien que du vomi, encore du vomi, et ton poème alors, (…)

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0