journal permanent | 21 mai 2017

dimanche 21 mai 2017, par sebmenard

Réécoute du Refonder — un journal du temps de Fred Griot, dans l’émission Création on air. On pourrait tout recopier.

« Je suis venu pour écouter / pour écrire / le ciel est clair / l’herbe sèche… »

« reveni à ce que je cherche / si je cherche encore quelque chose / ne pas se laisser distraire plus longtemps »

« quelque chose se pose qui ne nécessite pas de mots »

« je rentre à Paris / avec ma hache »


Presque à chaque fois, dans le journal de Guillaume Vissac, un morceau qu’on pourrait extraire, et qui claque très bien. Par exemple :

 « et le courant sautera plus ou moins au niveau de cette phrase »


Ne sais plus comment arrivé sur le blog de Fanny Chiarello mais je retrouve dans ce passage des choses que je comprends, partage :

 « Je vis à Lille mais ne m’y promène pas. J’ai peu d’intérêt pour les grandes villes. Chaque semaine, je cours entre soixante et quatre-vingt kilomètres dans la banlieue lilloise, sur ce que j’aime appeler mes territoires, le plus souvent des petites villes post-industrielles pourvues de grands ensembles, de friches en tout genre et de lotissements vieillots, toutes choses qui, à mes yeux, donnent corps (de brique et de béton) au sublime. Cette activité n’a rien de sportif dans la manière dont je l’aborde mais constitue à mes yeux une étape de travail à part entière : c’est en mouvement dans mes baskets que je trouve les idées dont je nourris mon écriture, que je dénoue des problèmes de narration, que j’établis des ordres de priorité dans mes projets – car je dois préciser que j’écris toujours plusieurs textes en même temps. »

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0