Griot, Fred | la plui

mardi 8 août 2017, par SebMénard

 « avec les choses devant autour tout autour avec les choses là qui me avec les choses on entends les choses qui avec les choses oui
avec les choses devant devant autour tout autour les choses sont si petites les choses sont si puissantes devant tout autour je vois avec les choses les choses me pénètrent les choses tout autour me traversent avec les choses
il existe ce momen il existe ce momen où on voit les choses »

p. 14

 

 

 

 « dans l’aller dire laissé alors peut-être le sens couché dans la pâte-dire-lang le sens alors peut-être alors de lui-même suinte de la matière maléée malaxée peu à peu organiquement ou rythmiquement organisée émerge
enfin quan tout se passe bien pas souvent
le sens le sens quoi le sens où le sens dans
le sens vers le sens et la parol dedan le sens où le sens plu le sens non le sens rien je ne sens plu le sens ce qu’il fout dans la parl je ne sens plu c’est une autre historie une histoire qui n’est plu de sens maintenant
c’est une autre histoire qu’une histoire de sens tou ça cette parl qui m’accompagne en marchant
c’est une autre histoire une histoire de matière de corps dans la matière c’est un autre histoire la parol est dan le corps le corps dan la parol ok une histoire cette petite parol qui avc moi en marchant oui qui
ce n’est plu une histoire sur quelque chose mais ce quelque chose là lui-même maintenant qui est là dedan »

p. 25

 

 

 

 « je démarre avec ma petite lampe poche mais je sais que le jour va venir le jour vient toujours le jour est toujours venu c’est encore la nui quans je démarre mais ça n’est pas grave le jour va venir »

p. 27

 

 

 

 « on sait que le jour va va se lever qu’il s’est toujours levé qu’il devrait normalement encore se lever ce jour-là à moins que »

p. 28

 

 

 

 « oui
viens t’asseoir viens regarder le glisser
oui
tu regardes et vers
viens c’est comm si cela traverse »

p. 34

 

 

 

 « (…) ouais tu vois moi ça me fait ouais moi tu vois c’est choses-là EVERGREEN MAERSK K-LINE SEALAND TERMINAL ça me reste moi ces choses-là à la débouche du fleuve là soudain sur la mer les viaducs les quais jetée cette foutue putain de lumière de la mer ces noms EVERGREEN K-LINE SEALAND TERMINAL sur ces containers de fer et ces deux petits bouts de peintures là écaillés grattés sur l’angle du mur du béton de la jetée là rouge jaune sur le béton raclés rouille racontant tou »

p. 42-43

 

 

 

 « en haut de la colline 1 seul arbre arbre seul là vieux noueux 1 pin seul pin noir pinus nigra écorce crevassé sec ou pin d’alep pinus halepensis à moins que pin maritime pinus maritima parce qu’écorce violette argentée crevassée oui c’est ça pinus maritima seul là-haut penché sous le vent »

p. 46

 

 

 

 « pas de plui pas de plui plui plui revient
beau depuis un moment puis plui revenue la plui pleu sur mon visage glisse sur la po sur la po du visage c’est tou la plui sur la po du visage c’est tou c’est vraiment tou suffisant »

p. 53

 

 

 


Griot, Fred, 2009, la plui, Dernier Télégramme.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0