Griot, Fred | Visions

mardi 15 août 2017, par SebMénard

 « J’ai toujours voulu aller plus loin, encore plus loin, malgré quelques périodes d’avachissement.

Pourquoi ? Je ne sais pas. Peut-être pour aller trouver une paix en moi, un dépassement, mais que je n’ai trouvé jusqu’à aujourd’hui qu’en quelques flashs et visions, qu’en quelques moments de grâce, alors que j’en voulais sans doute des kilos.

C’est pour moi une nécessité, une évidence, d’avancer, de voyager, d’écrire. D’aller chercher plus loin. De continuer.

Je savais que la route était étroite pour la trouver vaste ensuite. »

 

 

 

« ÇA A DÛ COMMENCER COMME ÇA je crois ou à peu près ou plutôt ça m’est venu comme ça…

Oui sans doute je ne sais pas sans doute il me faut remonter jusque là. Là que ça a dû commencer cette tension…

Dès le début balbutié.

Une utilisation intense nécessaire qui aille vers le plus profond. Me sorte, me transpire… pour utiliser mon organe mes organes.

Chercher la chansonnette uniquement… Une nécessité.

Marcher. Marcher. Écrire comme on marche.

Peut-être. Tout ça oui peut-être. »

 

 

 

« JE ME SUIS PRESQUE TOUJOURS SENTI partout en voyage, et cela sans doute depuis très longtemps. Le soir à ma table à écrire, un bout du jardin, dans les villes la nuit et les bars, dans un pays étranger ou un désert plein d’espace et d’étoiles au-dessus de mon bivouac. Peu importe… cette sensation toujours qui m’habite d’être passager… et partant de décrire ce passage.

Ma maison a un joli nom, je ne crois pas m’être trompé de beaucoup dans son baptême… un « port d’attache »… tous les bateaux en ont un, c’est écrit à leur étrave et à leur poupe. »

 

 

 


Griot, Fred, Visions, 2008, Publie.net.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0