journal permanent | 6 août 2017

dimanche 6 août 2017, par sebmenard

Lecture de Fred Griot, La plui

Ce passage :

 « (…) ouais tu vois moi ça me fait ouais moi tu vois c’est choses-là EVERGREEN MAERSK K-LINE SEALAND TERMINAL ça me reste moi ces choses-là à la débouche du fleuve là soudain sur la mer les viaducs les quais jetée cette foutue putain de lumière de la mer ces noms EVERGREEN K-LINE SEALAND TERMINAL sur ces containers de fer et ces deux petits bouts de peintures là écaillés grattés sur l’angle du mur du béton de la jetée là rouge jaune sur le béton raclés rouille racontant tou »

p. 42-43

Ça me reste les routes de l’est, « en spécial » (disait par exemple Gheorge, mais aussi Romulus — lui est dans Notre Est lointain, pas très loin en fait, ne se connaissent pas mais vivent à quelques dizaines de kilomètres l’un de l’autre) (et à plusieurs milliers de kilomètres d’ici), « en spécial » donc pour « spécialement » vers le nord, déjà les pays dits « baltes », route unique filant plein nord chargé de ses semi-remorques (et qui portent donc souvent containers de fer EVERGREEN K-LINE SEALAND ou encore CHINA quelque chose allez faire un tour sur la route 67 par exemple ou encore tenter de quitter Varsovie en l’évitant, de remonter vers Riga par les pistes et sans rouler sur l’asphalte de la 67, intéressant tout ça.

(à façon d’y revenir j’y colle le mot « Quitter les villes » même s’il faudra bien être plus précis À UN MOMENT).

Route inverse.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0