journal permanent | 12 août 2017

samedi 12 août 2017, par SebMénard

En arrivant dans la ville en train ça se bouscule un livre d’images, des explorations locales (bêtes, traces, chemins, marche…) et du secouage.


 « Quand Raphaël Girardot, coréalisateur du documentaire Saigneurs (2015), a joint au téléphone Jean-Paul Bigard, patron du plus grand groupe français (43% de la production nationale de viande dont la marque Charal, chiffre d’affaires en 2014 : 4,2 milliards d’euro), l’industriel n’a pas tourné autour du pot2 : « [Bigard] nous a même ri au nez, en nous disant que l’idée de tourner un film dans l’un de ses abattoirs était totalement contraire à sa politique qui vise à faire en sorte que le client ne fasse plus du tout de lien entre la vache et le steak. » L’occultation totale du sort réservé aux animaux est le pilier de la consommation de masse de viande. »

Geoffrey Le Guilcher, Steak Machine, 2017, Éditions La Goutte d’or, p. 156.


Mais où sont ces chevaux sauvages dans le Stasiuk de Babadag ?

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0