Accueil du site > Carnets | SebMénard > La réserve > Lepage, Mahigan | La science des lichens

Lepage, Mahigan | La science des lichens

mardi 17 octobre 2017, par SebMénard

 

 

(…) j’ai payé 1000 euros et un mois de mon temps pour chercher quelque chose qui existait plus, évidemment j’aurais jamais appelé ça exotisme, plus personne emploie ce mot depuis longtemps, à part dans les salons de massage et les bars de danseuses, reste que c’est ça que je cherchais, et c’est ça qu’ils cherchaient aussi les autres touristes que je rencontrais là-bas, au Népal, eux non plus ils auraient jamais prononcé le mot exotisme, jusqu’au mot tourisme quand il était question d’eux ils évitaient, même sous la torture on aurait pas pu leur faire reconnaître qu’ils étaient des simples touristes qui cherchaient l’exotisme comme tout le monde, ils se disaient voyageurs et ils parlaient jamais d’exotisme, mais en vérité ils parlaient sans cesse d’exotisme, ils disaient je suis allé là-bas où aucun touriste n’était encore allé et cætera, ils disaient en Inde c’est encore plus différent plus chaotique plus étranger et cætera, au Népal les touristes qui avaient vu l’Inde c’était comme s’ils avaient vu un ours, pas un ours brun, pas un ours de base mais un ours complètement différent (…)

 

 

(…) mais quand on est en France il faut faire gaffe si on veut s’épargner, je veux dire si on veut pas trop se fatiguer, déjà que ça fatigue Paris je l’ai dit, c’est pour ça que j’ai décidé de partir, c’est donc très important de masquer son accent à la boulangerie et au café et au tabac, c’est important mais c’est pas suffisant, sûr la ville va te fatiguer à la longue, elle va t’avoir à l’usure comme on dit, en tout cas quand t’es fait comme moi, facilement fatigable comme je vous dis pas, c’est une mauvaise gestion de mon énergie sans doute, on dirait que ça fuit de tous les côtés (…)

 

 

(…) les gamins ils croient sans doute qu’au nord c’est différent, exactement comme moi je voulais croire qu’au sud ce serait différent, mais c’était pas différent, c’étaient encore des trains et des villes et des bus et des villes et des taxis et des autocars et encore des villes, c’étaient des visages qui vous regardent et des bouches qui vous parlent, à votre pauvre oreille défendante sans cesse des bouches qui vous parlent et vous parlent, dans le bon vieux patois que m’avait appris ma mère ou à peu près (…)

 

 

(…) j’ai sué mon cinq heures dans un train surpeuplé, avec arrêt devant la bonne vieille gare de Casa Voyageurs, j’aurais aussi bien fait de redescendre tout de suite à Casablanca, de toute façon toutes les villes sont pareilles, mais j’avais encore des ressources d’illusion, à chaque fois je repoussais l’illusion un peu plus loin, de Casa à Fès, et maintenant de Fès à Marrakech et ainsi de suite, on disait Marrakech c’est moins oppressant que Fès, et je voulais bien y croire, moi, je demandais pas mieux, évidemment c’étaient des bobards (…)

 

 


Lepage, Mahigan, La science des lichens, Éditions Publie.net

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0