journal permanent | 2 octobre 2017

lundi 2 octobre 2017, par SebMénard

Ici calme. Calme des lieux. Pas bruit. Le fleuve derrière la vitre. Qui semble n’en plus finir de s’écouler. Immuable. Un tour pour les vivres. Un autre pour un coup de téléphone.

Tenir journal de quoi. Différement. Comme si, une autre respiration.

Vers 19h : Grosse brume. J’aime ça aussi.

Se dire encore que ce sera le lieu pour poser la machine. Mettre à plat, penser à ce que ce sera ensuite. Trouver comment lever assez de tunes pour chaque mois. Penser une cabane. Toujours la même histoire.

Discussion avec E. et A. pour le dîner. Je pense aussi beaucoup à notre coin, avec AnCé t. et le petit d’homme qui nous accompagne maintenant. Je pense à eux. Je l’écris là. Je pousse tard. Finis Cabane d’hiver. Le coup de la hache, à la fin.

 « lire, dire tout, sourire à essayer de dire tout, ne rien oublier, rendre compte pleinement, alors même que c’est impossible. et si nécessaire se faire greffier même de cette impossibilité-là. ne pas arriver à la boucler… »

Écrire : pas vraiment commencé.

Silence dans la maison. Je pousse encore. Refonder.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0