journal permanent | 8 octobre 2017

dimanche 8 octobre 2017, par sebmenard

À préparer explorations sur l’île en face. Plusieurs choses. En faire le parcours à vélo. En faire explorations à pied. Ça. Noter ce qui est là. Repartir dans la culture (traces d’humain, la main de l’humain, traces de ça) — voir ce qui est encore cultivée sur cette île. Faire résonner.


 « La bibliothèque offrait le plus grand calme, et je m’installai à une table proche de l’ours polaire en résine, à peu près grandeur nature, qui en est le principal élément de décor. Une affichette scotchée sur le dos de la statue interdisait d’y grimper, mais en l’absence d’élèves de l’école voisine, fermée pour les congés d’été, il n’y avait pas grand monde à qui signifier cet interdit, hormis la bibliothécaire et moi, mais je crois qu’auun de nous deux ne se serait senti encouragé à cette escalade si l’affichage avait manqué. »

Anthony Poiraudeau, Churchill, Manitoba, 2017, p. 54.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0