journal permanent | 26 octobre 2017

jeudi 26 octobre 2017, par SebMénard

Grande brume, épaisse.


Fin d’El Pocero. Grosse claque.


Plusieurs heures sur des questions administratives ou bien sur l’idée de travailler contre de l’argent. On n’échappe pas à ça.


Je note dans un coin Évènements mais ce n’est pas ça . Je pense à une scène d’exposition (c’est quoi ça ?) et qui repart de Voiture rouge. Donc un échappement, de quelque chose disons une catastrophe qui n’en n’est pas une. On règle son compte à tout ce bazar et puis c’est marre. Des visions. Dans ce mélange je pense à Henri Michaux et à François Bon. Probablement aussi à Adorno, à Le Clézio. Est-ce possible de penser à tout cela, en même temps ? .


Dans Je suis debout (Lucien Suel), il y a le poème de Mauricette à bicyclette :

 Sur la route à la brune entre Haverskerque et Guarbercque
Traverse des effilochures de brume respiration du marais
Mains serrées autour des poignées de plastique bleu pétrole
De la force des mollets le cerveau transmet aux pédales péda-
lier chaîne dents de la roue libre moyeu jante et pneu.

p. 107.


Je trouve Paterson de WC Williams dans la bibliothèque (je ne le cherchais pas : j’aime parcourir les rayons d’une bibliothèque au hasard, simplement pour tomber sur un nom, un titre, ouvrir un livre) — et je visionne Paterson de Jim Jarmusch.


Le poster-poème est en B3.


 « Les neufs dixièmes de notre vie, nous les vivons dans l’inconscience. Nous ne sommes conscients que d’une sorte de reflet fugitif, d’un écho qui nous parvient troublé et méconnaissable Et c’est sur cet écho qu enous construisons les idéologies, les concepts, les systèmes ! »

p. 48 de l’édition Folio de L’extase matérielle, JMG Le Clézio.


ajouter au poème :

 « un conteneur Evergreen
vert
filait sur le pont »

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0