journal permanent | 22 janvier 2018

lundi 22 janvier 2018, par SebMénard

Gary Snyder dans le train
une ou deux idées notées dans un carnet
ou perdues ?


C’est vrai que le truc lui-même il retombe souvent. On a une idée, une piste, une énergie. Mais on n’est pas là pour cette idée, cette piste, cette énergie. Alors elle se perd dans un néant qui nous laisse dingue. Parce le néant, le vide, ça nous fait peur. C’est ça qu’on pense.


c’est Orion

c’est Orion

disait-il dans la nuit : mais où est passée Orion ?

Et puis c’était le mot tambourchamanique
pour sieste & poésie. Quelque chose d’ardent — quelque chose de tendre
forcément déclamatoire :

un journal permanent transporté, ou tempêté ?

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0