Accueil du site > Traces, poussières, surgissements, refuges > moi aussi, je la déteste (est un titre de Ben Lerner)

moi aussi, je la déteste (est un titre de Ben Lerner)

mardi 2 avril 2019, par sebmenard

soir

« un peu »
à sec

ou plutôt
vidé

(je pense à la terre sèche
d’une colline
bêchée par Su Dongpo
poète de l’an Mil)

revenir

revenir à soi-même

 « moi aussi, je la déteste »
Ben Lerner, La haine de la poésie, éditions Allia

une ivresse
de qualité ?

une marche
un soir de grande lune ?

une traversée
de forêt ?

Grâce à un livre imprimé en mars 1994 (vendu à l’époque 90,50F), écrit quelques années avant par Claude Roy, à propos d’un poète (et ami !) ayant vécu il y a près de mille ans (1037—1101), en ce soir du première quart du vingt-et-unième siècle je me réjouis. Je me réjouis de lire qu’on pouvait — déjà — se sentir plein d’une nuit à dériver sur un lac en sirotant d’excellent breuvages — par exemple. Je me réjouis et j’observe la forme du mot impermanence.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0