angoisse

lundi 22 avril 2019, par sebmenard

parti plus tôt quitté foyer pour une sorte de méditation dans garage & sous tôle & ce toit est-il amianté ? — alors c’est un méditation apnée une apnée c’est le sujet du jour d’hui : trouver un sens à tout ce bazar de route, de rails, de fatigue, d’horaires, de factures, d’usure et puis — et puis écrire ici ou là respirer et choisir la bonne question : chercher un sens aux gestes qui n'en sont plus ? ou plutôt : chercher de vieux vieux gestes des gestes anciens des gestes premiers ? le poème aide-t-il ? et ça s’enfonce la vie ça s’obstine de continuer et encore pour faire taire cette foutue vieille inquiétude toujours revenue là là l’angoisse — là dans tête qu'on ne peut plus — méditation coupée par train, par banalités, par choses de premières importances, par parlages & babils et je note l’art c’est la vie dit le sculpteur kurde réfugié là & ici-même le poème c’est la vie les morceaux du poèmes c’est des morceaux de la vie la vie dit : pourquoi travailles-tu ? le poème demande pourquoi le poème demande toujours quelque chose mais la poésie le poème-poème la vie savent il n’y a rien à redire puisque Nous avons l'habitude de cette pauvreté. Il s’agit seulement de tenir et que nos nerfs tiennent jusqu’à la fin de nos jours (Daniel Biga, Octobre).

*

ne sais comment déclencher dire un automatisme de l’écriture clairement dire dire bien dire ça bien dire ça clair dire ça déjà cette colère m’a envahi ENVAHI dès le matin — il fallait lui trouver quoi un échappement un échappement à cette colère une échappée de mots la poésie s’échappe la poésie échappée une poésie faite de mots échappés (Fred Griot) et voilà encore même traces même langues cette page pour y penser le penser la penser cette colère un peu comme ça quand là

*

7h45

ciel dans le sombre
bleu

sombre bleu de nuit
sombre bleu de nuit là levée se levant
bleu de nuit fleuve nuit
levé par le sun

bleu levé par le sun
enfin sun enfin venu jaune orange une barre
à l’horizontal jaune orange entre nuit fleuve et bleu d’eau
noir terre d’arbres et d’automne tout ça

échappé

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0