conte : compter les gens tristes

mercredi 21 septembre 2011, par sebmenard

retour au sommaire

retour à la planche-contact

retour au collage #tristes


troisième version

Il dit qu’ici les gens sont tristes — il dit que dans les rues des villes dans les villages dans les champs les gens sont tristes — il dit que dans les villes les gens sont encore plus tristes — ça se voit sur leur visage les gens sont tristes — on pourrait faire un jeu il dit : on pourrait remonter l’avenue principale et compter le nombre de gens qui marchent en souriant — il dit qu’ailleurs il a vu des villes où les gens étaient heureux — il dit qu’ici les gens sont tristes — il dit que c’est à cause du travail — les gens n’aiment pas leur métier les gens vont travailler pour l’argent ici — les gens n’ont pas l’habitude d’aimer leur métier — il dit qu’ils ne sont pas payés assez cher — c’est les patrons — les patrons gagnent beaucoup d’argent il dit qu’ils ont l’air heureux — il sait que ce n’est pas vrai il dit ça comme ça — il marche dans la rue et dit qu’il est heureux lui — il a manqué ses études il n’avait pas assez d’argent il n’avait pas d’endroit pour habiter et ses parents ils étaient malades — mais il est heureux — il ne gagne pas beaucoup d’argent mais il est heureux — à la moitié du boulevard il dit qu’il a arrêté de compter — les bagnoles filent et gasoil.


seconde version

Il dit qu’ici les gens sont tristes - il dit que dans les rues des villes dans les villages dans les champs les gens sont tristes - il dit que dans les villes les gens sont encore plus tristes - ça se voit sur leur visage les gens sont tristes - on pourrait faire un jeu il dit : on pourrait remonter l’avenue principale et compter le nombre de gens qui marchent en souriant - il dit qu’ailleurs il a vu des villes où les gens étaient heureux - il dit qu’ici les gens sont tristes - il dit que c’est à cause du travail - il dit que c’est à cause du travail - les gens n’aiment pas leur métier les gens vont travailler pour l’argent ici - les gens n’ont pas l’habitude d’aimer leur métier - il dit qu’ils ne sont pas payés assez cher - c’est les patrons - les patrons gagnent beaucoup d’argent - il dit qu’ils ont l’air heureux - il sait que ce n’est pas vrai il dit ça comme ça - il marche dans la rue et dit qu’il est heureux lui - il a manqué ses études il n’avait pas assez d’argent il n’avait pas d’endroit à habiter et ses parents ils étaient malades - mais il est heureux - il ne gagne pas beaucoup d’argent mais il est heureux - à la moitié du boulevard il dit qu’il a arrêté de compter - les bagnoles filent et gasoil.


première version

Il dit qu’ici les gens sont tristes - il dit que dans les rues des villes dans les villages dans les champs les gens sont tristes - il dit que dans les villes les gens sont encore plus tristes - il dit que ça se voit sur leur visage les gens sont tristes - il dit qu’on pourrait faire un jeu : on pourrait remonter l’avenue principale et compter le nombre de gens qui marchent en souriant - il dit qu’ailleurs dans d’autres pays il a vu des villes où les gens étaient heureux - il dit qu’ici les gens sont tristes - il dit que c’est à cause du travail - il dit que les gens n’aiment pas leur métier que les gens vont travailler pour l’argent - il dit qu’ici les gens n’ont pas l’habitude d’aimer leur métier - il dit qu’ici les gens ne sont pas payés assez cher - il dit que les patrons gagnent beaucoup d’argent - il dit qu’ils ont l’air heureux - il dit qu’il sait que ce n’est pas vrai - il marche dans la rue avec son sac-à-dos et il dit qu’il est heureux - il dit qu’il a manqué ses études qu’il n’avait pas assez d’argent pour les finir qu’il n’avait pas d’endroit pour habiter et que ses parents sont tombés malades alors il est rentré s’occuper d’eux - il dit qu’il est heureux - il dit qu’il ne gagne pas beaucoup d’argent mais il est heureux - à la moitié du boulevard - il dit qu’il a arrêté de compter - les bagnoles filent et gasoil.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0