Accueil du site > Carnets | SebMénard > Carnets des plaines > animés > animés | 01 (les routes avaient-elles encore un nom)

animés | 01 (les routes avaient-elles encore un nom)

mardi 6 décembre 2011, par SebMénard

retour au sommaire

retour à la planche-conctact

retour au texte précédent


seconde version

Les routes avaient-elles encore un nom — les poussières collées sur nos gueules l’usure et leurs crasses — certains pensaient jeter des ponts entre les mondes certains charriaient du béton et dans le ciel — un avion laisse une ligne blanche ce sont des pas dans la neige — mais il n’y avait pas de neige — et il faisait tellement chaud — en tout cas c’est bien clair et tu as les preuves — chacun payait sa taxe et le bitume était lisse qui s’étirait vers l’Est comme une langue noire — de temps à autre on croisait un ou deux semi-remorques ils tiraient leurs caisses chargées de quoi les bêtes — le plus souvent elles n’osent même pas traverser les bêtes et on aurait pu croire qu’elles savaient déjà lire à cette époque — tu as encore en tête le bruit du moteur diesel et l’odeur des sueurs — tu ne sais pas encore dire comme tes yeux étaient ouverts et ce que c’était — vivre ainsi.


première version

les routes avaient-elles encore un nom - les poussières collées sur nos gueules l’usure et leurs crasses - certains pensaient jeter des ponts entre les mondes certains charriaient du béton et dans le ciel - un avion laisse une ligne blanche ce sont des pas dans la neige - mais il n’y avait pas de neige - et il faisait tellement chaud - en tout cas c’est bien clair et tu as les preuves - chacun payait sa taxe et le bitume était lisse qui s’étirait vers l’Est comme une langue noire - de temps à autre on croisait un ou deux semi-remorques ils tiraient leurs caisses chargées de quoi les bêtes - le plus souvent elles n’osent même pas traverser les bêtes et on aurait pu croire qu’elles savaient déjà lire à cette époque - tu as encore en tête le bruit du moteur diesel et l’odeur des sueurs - tu ne sais pas encore dire comme tes yeux étaient ouverts et ce que c’était - vivre ainsi.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0