conte : les loques qu’elles portent

jeudi 9 février 2012, par sebmenard

retour au sommaire

retour à la planche-contact

retour au texte précédent


seconde version

Ici — certaines femmes attendent les mini-bus absents dans la neige et le froid — ici — certaines femmes s’appuient sur leur canne la peau de leur visage est usée brune des années des temps raides raides — il arrive qu’elles parlent seules et alors elles sont assises sur un banc gelé le vent souffle dans leurs fringues — les fringues en loque qu’elles portent ici certaines femmes elles ajoutent comme ça pleins de fringues usées loques les unes sur les autres et c’est des couleurs et des tâches parfois des trous dans le tissus de leurs fringues en loques — ici certaines femmes attendent les mini-bus dans le vent froid du plein et hiver et ça secoue leurs fringues et elles demandent à quelle heure il passe le bus elles attendent et leurs loques.


première version

ici certaines femmes attendent les mini-bus absents dans la neige et le froid - ici certaines femmes s’appuient sur leur canne la peau de leur visage est usée brune des années des temps raides raides - il arrive qu’elles parlent seules et alors elles sont assises sur un banc gelé le vent souffle dans leurs fringues ah oui c’est ça - les fringues en loque qu’elles portent ici certaines femmes elles ajoutent comme ça pleins de fringues usées loques les unes sur les autres et c’est des couleurs et des tâches parfois des trous dans le tissus de leurs fringues en loques - ici certaines femmes elles attendent comme ça les mini-bus dans le vent froid du plein hiver et ça secoue leurs fringues et elles demandent - elles articulent à peine elles ont la bouche usée des hivers et des années - elles demandent à quelle heure il passe le bus et elles attendent et les loques qu’elles portent.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0