Accueil du site > Carnets | SebMénard > zone critique > A bas l’utile, écran plat et mémorial pour une révolution

A bas l’utile, écran plat et mémorial pour une révolution

mercredi 15 février 2012, par SebMénard

Sans doute pas la peine d’en ajouter - pas les mots - quelques extraits et des images.

Un lecteur est-il un témoin ? Oui et non. Il est d’abord celui qui rachète l’impuissance de l’écrivain à transformer ses mots en actes efficaces pour la raison que, lui, lecteur les éprouve comme tels dans la conviction de sa lecture. Bernard Noël, A bas l’utile, Publie.net.

Lecture sur le site de Fred Griot, au bureau à Draganesti-Olt.

(...) le concret est la réduction du Bien à l’Utile. Ainsi l’échec scolaire sera supprimé en mettant l’éducation au service de l’entreprise, ce qui aura l’avantage de former des employés et non des citoyens tout en faisant de l’opinion un conformisme consensuel. Bernard Noël, A bas l’utile, Publie.net.

Panneau « entrée », en Roumain, Brasov, Roumanie, janvier 2012.

Il y a quelque chose de tragique à considérer la pensée comme la qualité survivant dans un cerveau non-disponible : quelque chose de tragiquement dérisoire. Bernard Noël, A bas l’utile, Publie.net.

Ecran plat, Draganesti-Olt, Roumanie, janvier 2012.

Le mot « progrès » ne vaut plus rien car le mot « croissance » dit mieux la bonne direction. Le mot « travail » rend l’aliénation désirable depuis que le mot « chômage » est son antonyme. Le mot « acquis » ne sert plus qu’à la banque et le mot « social » désigne une dépense inutile. Le seul idéal est d’être « compétitif »... Naturellement, le mot « révolution » n’est même plus ridicule : il est imprononçable. Bernard Noël, A bas l’utile, Publie.net.

Ecran plat, Draganesti-Olt, Roumanie, janvier 2012.

On pensait autrefois que la Révolution passait d’abord par l’appropriation des moyens de production ; elle passe évidemment aujourd’hui par l’appropriation des moyens de communication en vue de rendre à chacun une tête pensante et une conscience citoyenne. Bernard Noël, A bas l’utile, Publie.net.

Ecran plat, Draganesti-Olt, Roumanie, janvier 2012.

Le mépris de la misère crée un désespoir sans doute propice à la révolution, mais c’est un piège pour la raison que le désespoir est explosif et non pas révolutionnaire : il prépare une jacquerie facile à réprimer et qui, finalement, servira l’oppression. Bernard Noël, A bas l’utile, Publie.net.

Bucarest, Mémorial de la Révolution, Novembre 2011.

Boite Noire | Longtemps que ce texte était sur la machine - jamais pu entrer dedans. Qu’est ce qui fait qu’aujourd’hui ça résonne et quels pas conduisent au sens - c’est pareil : y’a pas les mots. J’avais une série d’écrans plats dans un bar à Draganesti-Olt - les mots qui défilent partout ils ne veulent plus rien dire - les types qui parlent sans cesse et c’était pendant les dernières manifestations - Janvier 2012 - j’y ai ajouté quelques images supplémentaires.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0