Or donc on avait éclaté un pneu

jeudi 8 mars 2012, par sebmenard

retour au sommaire

retour à la planche-contact

retour au texte précédent


troisième version

Or donc on avait éclaté un pneu — le plein soleil sur la bagnole et l’herbe qui sèche autour — l’odeur d’un feu de bois parce qu’il s’était dit qu’on pourrait manger des morceaux de pain grillés avec des tomates de l’huile et des herbes — à côté c’est un torrent l’après-midi on s’y baigne mais là on vide la bagnole — elle est vraiment trop chargée et les bouquins attendent au soleil — avec la roue de secours on va jusqu’au garage dans l’odeur du gasoil — tu penses au ciment noir de l’atelier du père il y a un type il vient il tire un clou du caoutchouc et il bouche le trou ça coûte rien — après on est dans la voiture il y a une odeur de poussière de frein de bitume sur nos mains — on roule on traverse des villages.


seconde version

or donc on avait éclaté un pneu - le plein soleil sur la bagnole et l’herbe qui sèche autour - l’odeur d’un feu de bois parce qu’il s’était dit qu’on pourrait manger des morceaux de pain grillés avec des tomates de l’huile et des herbes - à côté c’est un torrent l’après-midi on s’y baigne mais là on vide la bagnole - elle est vraiment trop chargée et les bouquins attendent au soleil - avec la roue de secours on va jusqu’au garage l’odeur du gasoil - tu penses au ciment noir de l’atelier du père y’a un type il vient il tire un clou du caoutchouc et il bouche le trou ça coûte rien - après on est dans la voiture y’a une odeur de poussière de frein de bitume sur nos mains - on roule on traverse des villages.


première version

or donc on avait éclaté un pneu - le plein soleil sur la bagnole et l’herbe qui sèche autour - l’odeur d’un feu de bois parce qu’il s’était dit qu’on pourrait manger des morceaux de pain grillés avec des tomates de l’huile et des herbes - à côté y’avait un torrent l’après-midi on s’y baigne mais là on vide la bagnole - elle est vraiment trop chargée et les bouquins qui attendent au soleil - avec la roue de secours on va jusqu’au garage l’odeur du gasoil - tu penses au ciment noir de l’atelier du père y’a un type il vient il tire un clou du caoutchouc et il bouche le trou il fait la pression ça coûte presque rien - après on est dans la voiture y’a une odeur de poussière de frein de bitume sur nos mains - on roule on traverse des villages.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0