Accueil du site > Nouvelles / Actu > Curiositas à Angers

Curiositas à Angers

mercredi 4 avril 2012, par sebmenard

Ce qu’il se passe cette semaine. Le Nouveau Théâtre d’Angers a invité le Collectif Citron pour quatre jours de création. Chez les Citrons, ils ont décidé de la jouer comme ça : trois comédiens, trois auteurs et deux techniciens. On passe quatre jours ensemble aux Studios des Abattoirs et deux performances le jeudi soir, 18h et 21h. Finalement, ce sont les contraintes majeures. La forme, les textes, la mise en scène, la scénographie, la création lumière, tout se construit sur les quatre jours.

Pour nous - c’est très neuf tout ça - la vie des comédiens des techniciens est ainsi qu’ils entrent dans ces lieux régulièrement et ils en font métier - avec tout ce qu’ils ont d’humour de simplicité et de rigueur dans leurs habitudes (même si on est là tous ensemble pour bousculer)

Ecrire

L’expérience d’écriture est fascinante ainsi. La première demi-journée on a posé une table sur la scène et branché les machines - autour ils poussaient d’autres machines et câbles - quand un texte sortait de l’imprimante c’était pour deux trois quatre tentatives de lecture quasi instantanées. L’effet que ça fait et comme ça se mesure ça - les mots qui résonnent quasi immédiatement - comme ça bouge nos perceptions et les mondes que ça ouvre. Pour ma part - j’ai triché au moins une fois (mais ça serait pas vraiment curieux sinon) - et sorti des mots du blog.

Ecrire à trois

Pour écrire - on est trois - ça se fait directement sur les machines - et puis imprimer - hier une tentative très surprenante - écrire parler - on construit un dialogue comme ça ensemble - trois personnages - après faudra affiner tout ça. Expérience en cours - là - maintenant - parce que l’atelier à la BU d’Angers l’année dernière nous est revenu d’un coup : le dialogue à un seul qui parle. Le dispositif a été modifié - parce qu’on le fait à trois - certains pourrait dire que c’est vraiment trop - à voir ce que ça donnera.

Réfléchir à huit

L’enjeu du projet est énorme - le lundi on arrive tous neufs et pleins - mais le cadre il est où - donc les temps de discussions - terriblement importants - et ce qui se construit parfois en quelques mots ou bien très lentement à la force de nombreuses tentatives. Et puis la forme - comment on les positionne ces textes et ces mots - et toutes les choses que je suis incapable de comprendre.

Et le merci de la part de tous à Sacha et au NTA.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0