On roule à travers les montagnes et chaleur

mardi 15 mai 2012, par sebmenard

retour au sommaire

retour à la planche-contact

retour au texte précédent


troisième version

On roule à travers les montagnes et chaleur — on ne pensait pas que ça pouvait être comme ça — les trucs en bois qu’ils construisent pour y accrocher les bêtes les torrents — on tourne à droite dans le virage et on met la bagnole à côté des eaux froides — on a des viandes fumées des légumes et puis le bois pour le feu — les types qui sont avec leurs bêtes disent d’aller plus en aval — après le pont c’est là que s’arrêtent les bois secs secs — ce qui reste dans la nuit qui tombe c’est le bruit de nos corps et les eaux — aussi une odeur de bois brûlés.


seconde version

On roule à travers les montagnes et chaleur - on pensait pas que ça pouvait être comme ça - les trucs en bois qu’ils construisent pour y accrocher les bêtes les torrents - on tourne à droite dans le virage et on met la bagnole à côté des eaux froides - on a des viandes fumées des légumes et puis le bois pour le feu - les types qui sont avec leurs bêtes disent d’aller plus en aval - après le pont c’est là que s’arrêtent les bois secs secs - ce qui reste dans la nuit qui tombe c’est le bruit de nos corps et les eaux - aussi une odeur de bois brûlés.


première version

On roule à travers les montagnes et chaleur - on pensait pas que ça pouvait être comme ça - les trucs en bois qu’ils construisent pour y accrocher les bêtes les torrents - on tourne à droite dans le virage et on met la bagnole à côté des eaux froides froides - on a des viandes fumées des légumes et puis le bois pour le feu - les types qui sont avec leurs bêtes ils disent d’aller en aval du pont c’est là que s’arrêtent les bois secs secs - ce qui reste dans la nuit qui tombe c’est le bruit de nos corps et les eaux une odeur de bois brûlés.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0