journal permanent | 7 mars 2015

samedi 7 mars 2015, par sebmenard

Sur le haut du coteau – cet endroit est magnifique – pas la première fois qu’on vient là – on monte des bouteilles d’eau pour les framboisiers – on regarde le soleil depuis le matelas posé sur des palettes en bois – on pousse l’eau accumulée sur le toit de la cabane – on écoute le vent – on répète des trucs à cet enroit là — il y a un oud de 1943 une trompette et des mots – on boit La bière des faucheurs – on répète à plusieurs reprises que c’est un endroit pas mal – on répète à plusieurs reprises qu’on pourrait y vivre – on précise qu’il faudrait de l’eau – on répète à plusieurs reprises que c’est d’une cabane qu’on a besoin – on parle de faire des images et de les vendre un peu – on mélange tout – on écoute des notes et des mots – il dit que c’est pas important tout ça – il dit qu’il faut sentir ce qu’on fait – il dit qu’il faut se chanter quelque chose dans la tête – il dit qu’il faut suivre cette idée et la laisser filer sa route comme on suivrait une bête qui avance doucement dans les herbes balayées par le soleil – j’en rajoute un peu.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0