journal permanent | 29 novembre 2015

dimanche 29 novembre 2015, par sebmenard

Karl Dubost note ceci :

 « Dans les allées commerciales de Narita, je trouve un restaurant de sushi. Je m'assoie. Des fenêtres, on peut voir les avions décoller mais toujours aucune trace des paysans. Je suis le voyageur, l'homme du futur qui tua ces paysans. »

C’est très très puissant — troublant.


On continue notre chemin nos tests — nos découvertes — on arrive dans un endroit — on ne parle pas beaucoup — on écoute — on observe — on marche un peu — on va prendre nos marques doucement — très doucement — et puis organiser les temps — écrire etc.


Une grand coup de liberté — d’un coup — et l’apprivoiser.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0