journal permanent | 13 avril 2016

mercredi 13 avril 2016, par sebmenard

Veles — Skopje.

46km.

Beau temps.


Sommes entrés dans Skopje sans le gasoil. Bien tout prendre en note pour ne rien oublier. La descente depuis le point le plus haut (c’était combien ?) — mais ça pourrait terminer là — à la source sous le pont quelqu’un dit que là sont les meilleures eaux — l’asphalte défoncée de la piste sur combien de bornes (ou alors penser à aller jusqu’au lac où nous avons dormi la veille en fait) — puis comme la vie de plus en plus s’organise autour de la route — le fleuve avec les pêcheurs - le vent pleine face encore - les trucs pour changer les pneus de bagnole — les petits shops — le robinet de flotte dans ce bled ou une jeep de militaire vient faire les réserves d’eau potable — les bus à étage — les bus sans étage la poussière — les gens de plus en plus les scooter les trucs à trois ou quatre routes pour tirer des ferrailles — peut-être que tu vas tout oublier.


Il y a maintenant une lecture d’un morceau de ce texte publié chez François Bon à voix haute donc par Brigitte Célérier.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0