Accueil du site > Carnets | SebMénard > La réserve > Gellé, Albane | Je, cheval

Gellé, Albane | Je, cheval

mercredi 3 mai 2017, par sebmenard

 « Marcher à côé, sur la route du retour, avec dans les oreilles le pas du cheval, qui va chaud dans le dos, tranquille, et respire. Aller chacun dans sa fatigue, la même, parmi les odeurs mélangées du cheval et de la pluie. Et ça ne le freine pas, toute cette eau qui tombe. Il va contre, il a de quoi. Libre enfin, il retourne à la terre, calme, il se roule, avant de se secouer se relever, debout comme un cheval. »

p.15

 

 

 

 

 « Attaché le cheval guette, tous les dangers contre lesquels il ne pourra rien. Debout comme un arbre. »

p.45

 

 

 

 

 « Une fois tenu le cheval blanc me donne rassuré, toutes les permissions. Passer dessous prendre les jambes s’allonger sur la croupe entourer l’encolure, à la limite recevoir d’insupportables marques de douceur. Et puis hop, sans selle et sans parole, nous partons. »

p. 75

 

 

 

 


Gellé, Albane, 2017, Je, cheval, Éditions Jacques Brémond.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0