Blocs | 59

mardi 3 septembre 2019, par sebmenard

et puis les confins de la page.

(…) c’est ainsi que la page des livres (pagus vide, cet étrange pays lui-même blanc que de sonne la psyché endeuillée) hérite de cette trouée imaginaire que je chercher à évoquer.

Enfin, dans cet espace, on respire. On ferme la bouche. On écrit. On est seul. On est soi. On respire.
Sur la solitude, in. Sur l’idée d’une communauté de solitaire, Pascal Quignard

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0