journal permanent | 15 août 2013

jeudi 15 août 2013, par sebmenard

J’ai écrit dans mon journal « à propos de Brancusi » et puis deux points : mais il n’y a rien derrière.


Dans le Désordre La suite de Contre s’appelle Novembre et il y a ceci — je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai voulu retenir ce passage — c’est ainsi.


Comment faire pour que nos vies tiennent — longtemps réfléchi à cela en lisant les choix de certains artistes — comme on fait pour bouffer — est-ce que les légumes suffiraient et puis les images et les mots — des légumes des images et des mots puisque c’est ça qu’on dit.


Sur Twitter je note :

- On devrait toujours donner leur sens aux mots (qui pour le connaître)

- Donner un sens à nos attentes ou bien nommer nos attentes — tenir debout

- Notre background c’est cela nos mots — ceux que l’on doit dire — mais les prononcer — vraiment


Un type dans la rue est assis sur une pierre et répète : « il est parti » et « là-bas » ça se passe juste à côté de cette ancienne usine et sur les murs c’est gravé : « vive la république socialiste roumaine » :

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0