sans faire le beau

mardi 2 avril 2019, par sebmenard

train me ramenant vers les miens, écrivant, écrivant cela
pensant au poème, pensant au poème vaguement
pensant vaguement
pris dans les vagues du poème des notes
que je prends après chaque journée chaque fois
à chaque fois

ne souhaite rien pour le poème
laisse le poème aller
laisse-le aller seul
il va bien seul
il va très bien seul
laisse-le se tenir debout
brut

et le train continue

qu’il tienne « sans faire le beau » le poème qu’il tienne
c’est ce que tu dois
c’est ce que tu dois à tes frères humains
arrivés jusque là
c’est ce que tu leur dois à eux et à tous leurs frères et à tous nos frères et à la santé de l’âme du lieu

du « lieu du poème »

lieu où tenir
s’enfoncer

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0