Poéme du glanage [12/29]

mardi 12 novembre 2013, par sebmenard

Je me souviens — très bien — du mot glanage. C’était il y a dix ans — les pieds dans la poussière d’un champ — un homme et une femme ils avaient dit : « avant il y avait le droit de glanage mais maintenant ». Ils n’avaient pas terminé la phrase. C’était resté comme ça. En l’air. En suspension. Dans la poussière et le soleil. Car il devait bien faire dans les trente ou trente-cinq degrés ce jour-là. Je ne savais rien du mot glanage. Et je ne sais tojours rien du mot glanage. Une fois j’ai vu le film Les glaneurs et les glaneuses — c’était magnifique. Un autre jour je crois avoir entendu dans une autre langue plus à l’ESt le mot glanage. Je ne l’avais pas compris. Il faudrait repenser plus souvent au mot glanage.

1 Message

  • Poéme du glanage [12/36] 27 novembre 2013 05:40

    Il suffirait d’ ajouter un d au milieu de glanage pour promouvoir un bien bel autre mot de la langue française, belle époque que l’âge des glands, non ? Vu mon gland âge, j’en ai glané pour qui sonne le glas.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0