journal permanent | 24 juin 2017

samedi 24 juin 2017, par sebmenard

Au jardin : arrosage et récolte des graines de radis — puis c’est soir à (re)lire Daniel Biga — longé sur terrasse — L’Amour d’Amirat et tout va bien — et photographier le ciel suffirait — et ne pas écrire ce foutu poème ne questionne rien — étrangeté légitime étrangeté légitime !

 “J’écris ce livre pour que d’autres un jour s’y reconnaissent comme moi je me reconnais dans les autres
J’écris ce livre pour que d’autres un jour y reconnaissent leur différence comme je reconnais ma différence dans les autres
J’écris mes livres pour que d’autres un jour par accord comme par opposition y puissent mieux définir leur « étrangeté légitime » comme tous les êtres tous les livres m’aident à mieux définir mon « étrangeté légitime »“

Et lisant j’ai réponse à tant de questions, tant de pistes s’ouvrent, tant de traces (Griot), et je corne et j’accolade et je sais déjà que je donnerai ce livre à mon très cher ami A. et nous aurons occasions d’en discuter.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0